A l’invitation de Son Excellence Paul BIYA, Président de la République du Cameroun, Président en Exercice de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), un Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat d’Afrique Centrale s’est tenu à Yaoundé le vendredi 22 novembre 2019 au Palais de l’Unité.

Ont pris part à cette rencontre, les Présidents Paul BIYA du Cameroun,  Faustin Archange TOUADERA de la République Centrafricaine ; Denis SASSOU NGUESSO de la République du Congo ; OBIANG NGUEMA MBASSOGO de la Guinée Equatoriale ; Idriss DEBY ITNO du Tchad ; Julien NKOGHE BEKALE, Premier Ministre du Gabon, représentant le Président Ali BONGO ONDIMBA ; ainsi que le Président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Dr Adesina AKINWUMI ; le Président de la Commission de la CEMAC, Pr Daniel ONA ONDO ; et le Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), Abbas Mahamat TOLLI.

Ce Sommet, qui s’est déroulé dans une atmosphère de sérénité, de compréhension réciproque et d’entente cordiale, avait pour objectif d’examiner la situation économique, financière et monétaire dans la zone CEMAC et analyser les perspectives des économies de la sous-région.

La cérémonie d’ouverture du Sommet a été marquée par le discours de Son Excellence Paul BIYA, Président de la République du Cameroun, Président en Exercice de la Communauté. Il a souhaité que ces Assises soient l’occasion d’échanger et d’arrêter des mesures complémentaires pouvant consolider le redressement économique  de la sous-région. « Ceci en ayant à l’esprit que notre objectif commun demeure l’accélération de la croissance pour répondre aux attentes légitimes de nos populations et particulièrement des jeunes, en matière d’emplois ».

A l’issue de cette cérémonie d’ouverture et après la photo de famille, le Sommet a poursuivi ses travaux à huis clos.

Le communiqué final du Sommet indique que les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont procédé à un large échange de vues sur l’état des économies des pays de la CEMAC. Ils ont examiné les résultats obtenus à la suite de la mise en œuvre de la stratégie régionale de sortie de crise issue de la rencontre de Yaoundé du 23 décembre 2016 ; et ont analysé les perspectives économiques, financières et monétaires de la Communauté dans « un contexte mondial fortement marqué par des tensions géopolitiques, des incertitudes et une conjoncture économique encore difficile ».

Au terme des « échanges riches », les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont, entre autres, salué le redressement global de la situation macro-économique de la zone CEMAC marqué par le retour à une croissance économique positive, la maîtrise de l’inflation, une forte réduction des déficits budgétaires et courants ; relevé avec satisfaction la reconstitution des réserves de change communautaire permettant ainsi de préserver le régime de change à parité fixe de la monnaie commune et d’éviter un ajustement monétaire ; salué les contributions financières et techniques du FMI, de la Banque Mondiale, de la BAD, de l’Union Européenne, de la France ayant participé à la réussite du programme de redressement économique de la CEMAC. Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont également décidé de poursuivre les réformes institutionnelles et la mise en œuvre des mesures appropriées au sein de la BEAC.

Examinant spécifiquement la question monétaire, les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont réaffirmé leur volonté de disposer d’une monnaie stable et forte. Concernant particulièrement la coopération monétaire avec la France, portant sur le Franc CFA, ils ont décidé d’encourager une réflexion approfondie sur les conditions et le cadre d’une nouvelle coopération. A cet effet, ils ont chargé la BEAC sous la supervision de l’UMAC de proposer, dans des délais raisonnables, un schéma approprié, conduisant à l’évolution de la monnaie commune.  

Dans son discours de clôture du Sommet, le Président Paul BIYA a rappelé que « L’intégration est, à n’en point douter,  le principal vecteur de notre stratégie communautaire. Plus que par le passé, nous devons veiller à son accélération par une libre circulation intégrale des personnes et des biens ».    Il a ajouté que : « Dans le même ordre d’idées, nous devons assurer la réalisation dans les meilleurs délais de nos projets intégrateurs avec l’appui financier de nos partenaires bilatéraux et multilatéraux. Je n’oublie pas le nécessaire renforcement de la diversification de notre économie et l’amélioration véritable du climat des affaires pour accroître le niveau d’investissement privé ».

En marge du Sommet Extraordinaire de la CEMAC, le Président Paul BIYA a eu un entretien de 45 minutes avec Son Excellence OBIANG NGUEMA MBASSOGO, Président de la République de Guinée Equatoriale.

Sommet Extraordinaire de la CEMAC, 21-22 Nov. 2019