Le Président de la République, à

Monsieur le Premier ministre, chef du gouvernement ;

Monsieur le vice-Premier ministre ;

Mesdames et Messieurs

les Ministres d'Etat ;

les Ministres ;

les Ministres délégués ;

les Secrétaires d'Etat ;

les Gouverneurs de Région.

La présente circulaire fixe les orientations générales de la politique budgétaire, ainsi que les dispositions pratiques pour l'élaboration du projet de budget de l'Etat pour l'exercice 2014.

Le processus d'élaboration du budget de l'Etat pour l'exercice 2014 s'inscrit dans la poursuite de la mise en œuvre de la politique de développement économique, social et culturel de la nation, sous-tendue par le Document de Stratégie pour la Croissance et l'Emploi (DSCE). Il devra, tout en tenant compte de la conjoncture nationale et internationale, s'appuyer sur des mesures propres à augmenter la compétitivité de l'économie camerounaise, en vue de renforcer la croissance économique et la création d'emplois. Il devra consolider le budget-programme aussi bien dans son processus de préparation que dans sa présentation.

I. DU CONTEXTE MACROECONOMIQUE

1. La préparation du budget de l'Etat pour l'exercice 2014 se déroule dans un contexte international marqué par une légère reprise de l'activité économique mondiale, soutenue par les bonnes performances des pays émergents.

2. Des risques continuent toutefois de peser sur les perspectives de croissance économique, en raison de la persistance des difficultés dans la zone euro et des tensions géopolitiques au Moyen Orient et en Asie.

3. En 2013, les économies avancées se sont caractérisées par des taux de croissance faibles, voire négatifs. D'après les projections des institutions internationales, en 2014, la croissance économique dans la zone euro devrait rester faible et se situer à 1,1 %, alors que les Etats-Unis et la Chine enregistreront des taux de croissance de 3 % et de 8,2 % respectivement.

4. Dans le même temps, l'Afrique subsaharienne devrait enregistrer un taux de croissance de 6,1 %. La BEAC projette un taux de croissance de 6 %  pour la CEMAC.

5. Au Cameroun, les perspectives de croissance pour l'année 2013 se chiffrent à 5 %, en conséquence de l'amélioration de l'offre d'énergie électrique et de l'accroissement de la production des hydrocarbures. L'inflation devrait se maintenir en-dessous de 3 %, en raison de la poursuite par le Gouvernement des actions contre la vie chère. Le déficit de la balance commerciale devrait être réduit à 2,9 % du PIB, à la faveur de l'accroissement des exportations de pétrole. La masse monétaire devrait connaître une évolution à la hausse, attribuable pour l'essentiel à l'évolution des crédits à l'économie qui ont progressé de 2,3%.

Sommet Extraordinaire de la CEMAC, 21-22 Nov. 2019